Maire d'une petite commune rurale...

Marie-Claire Limosin est maire, depuis 2001, d’un petit village du sud de l’Yonne. Témoin directe du monde rural, elle a accepté de partager son expérience avec EDY, le mensuel du diocèse de Sens-Auxerre. Nous le reproduisons ici avec l'aimable autorisation des personnes concernées.

 

« Les années passent et ne se ressemblent pas. Nous sommes dans un  contexte   de déclin démographique de nos campagnes, certains de nos villages ayant perdu leurs commerces, artisans et écoles.

Le moteur économique de notre région est l’agriculture. Dans les secteurs où les animaux ont déserté les prés, la friche revient refermer les paysages. La perte de cette identité serait préjudiciable à l’attrait touristique de notre territoire, qui sera dans les années à venir le seul levier.

Mais la ruralité, c’est aussi de la joie de vivre et de la bonne humeur. Habiter nos campagnes, c’est s’investir pour faire vivre un lieu. « Est-ce que je participe à telle ou telle association, ou à telle fête, ou n’y vais-je jamais ? ». Faire des choses avec d’autres, c’est entrer dans un système d’échange : donner, recevoir et rendre.  L’organisation de certaines manifestations festives n’est-elle pas ressentie parfois comme une corvée ? Heureusement, sont encore présentes la Saint-Vincent, la Saint-Hubert….

Comment rester proches de tous, dans ce monde rural ? Il faut vivre la ruralité d’une manière nouvelle. Il est inutile de rester nostalgique – bien que nous le soyons tout de même -  d’un temps où les villages frétillaient de vie et de convivialité. Cette douceur de vivre s’est évaporée, et les villages ont peu à peu été désertés pour les villes…

Il devient urgent de recréer les conditions d’une stabilité sociale, qui passe par le rétablissement d’un esprit de confiance, de solidarité et d’estime mutuelle. C’est ce « vivre-ensemble » que nous portons dans la prière. »