Elus, fonctionnaires territoriaux : associer les plus pauvres à la lutte contre la pauvreté, une chance pour votre commune

Le Secours catholique a récemment publié un fascicule pour les élus locaux et les fonctionnaires territoriaux,  afin de mettre en valeur la participation des plus démunis à la lutte contre la pauvreté.

 

Associer les plus pauvres, pour quoi faire ?

Le Secours catholique est convaincu que les personnes qui vivent en situation de précarité développent des savoir-faire et des stratégies pour assurer leur survie, préserver le devenir de leurs enfants, et garder des liens avec une société qui pourtant leur laisse peu de place.

Le long compagnonnage de l’association avec les personnes en difficulté l’a amené à les associer à la réflexion et aux actions de l’association : ainsi les personnes se sentent reconnues et apportent l’expertise de leur vécu à l’action du Secours catholique.

L’exercice de la citoyenneté est un sujet qui compte pour les plus exclus. Les équipes municipales, les CCAS, auraient beaucoup à gagner, et certains le font déjà, à reconnaitre et valoriser les contributions de ce es personnes. Elles sont à même de porter des propositions les concernant directement. Elles sont en capacité de contribuer dans leur quartier à un vivre ensemble de qualité et à l’élaboration de politiques locales.

Comment faire vivre la participation dans votre commune ?

  • En s’appuyant sur des associations locales de lutte contre la pauvreté qui savent déjà animer de telles démarches collectives.
  • En créant des occasions de rencontre avec des groupes de personnes en précarité : un rendez-vous régulier afin de faciliter l’écoute et la compréhension mutuelles ; une consultation lors de la mise en place d’un nouveau dispositif, l’évaluation de pratiques, la définition de nouvelles orientations…
  • En favorisant la présence des personnes en situation de pauvreté au sein des instances de consultation : création d’un conseil consultatif ou d’un comité d’usagers auprès du Conseil municipal ou du CCAS ; présence dans les Conseils de quartiers.
  • En ayant plus généralement le souci d’être compréhensible et accessible à travers les outils d’information, les documents municipaux, le site internet, et lors de l’accueil des personnes.

 

 

Des lieux de concertation déjà en place

 

  • Au CNLE, Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, une 8ème collège composé de personnes en situation de précarité donne son avis au gouvernement sut tous les sujets pour  lesquels le CNLE est sollicité.
  • Dans les conseils régionaux, des équipes pluridisciplinaires réunissent des allocataires du RSA pour prendre en compte les difficultés qu’ils rencontrent et leurs suggestions d’amélioration des dispositifs. 
  • Des conseils de vie sociale prenant en compte l’avis des usagers au sein des maisons de retraite et des centres d’hébergement et de réinsertion sociales (CHRS) ;

 

POUR EN SAVOIR PLUS :

-          Rapport du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion (CNLE).

-          Secours catholique